Quoi faire après un ajustement chiropratique?

Publié par dans Clinique, Dre Myriam Bourgault chiropraticienne

Soulager les douleurs musculaires

courbatureLorsque vous nettoyez votre piscine ou que vous jardinez pour la première fois de la saison, vous arrive-t-il d’être courbaturé à la fin de votre journée? Les muscles du corps qui n’ont pas été sollicités depuis une plus ou moins longue période de temps sont déshabitués et c’est à ce moment qu’après une activité qui nous semble anodine, on se sente plus fatigué et qu’une certaine douleur musculaire s’installe.

C’est le même phénomène qui se produit suite à l’ajustement chiropratique. Une subluxation vertébrale, ou restriction articulaire, induit une diminution de la mobilité vertébrale. L’ajustement a pour but de redonner du mouvement à la colonne, par l’activation de muscles paravertébraux qui ne sont habituellement pas sollicités. Si la subluxation est installée depuis longtemps, le risque de courbatures suite à l’ajustement augmente.

Quoi faire pour limiter l’inconfort?

  1. Mettre de la glace sur la région sensible permet de réduire l’inflammation et de diminuer l’inconfort ressenti suite aux ajustements chiropratiques.
  2. Il est possible d’appliquer des crèmes à base de menthol. Ce composé organique a des propriétés anesthésiques qui permettent de réduire certaines douleurs mineures (sensation de brûlure, crampes et tensions musculaires, etc.) en offrant une impression de froid.

Rester actif

L’ajustement provoque une cascade de changements biomécaniques au sein du corps. Plusieurs muscles réagissent et doivent s’adapter à une meilleure posture et à une meilleure mobilité vertébrale. Cependant, il faut une certaine constance pour percevoir des améliorations. Ce n’est pas après deux séances à la salle d’entrainement qu’on arrive à perdre 20 livres…

Suite à l’ajustement, il est important d’être assidu dans les exercices proposés par la chiropraticienne afin de renforcer les régions nouvellement ajustées. Ainsi, l’ajustement tiendra plus longtemps et le problème initial sera moins propice à récidiver.

Adopter de bonnes postures

assisDe plus, il faut prendre conscience de notre posture. Si à la suite d’un ajustement on s’écrase pendant trois heures devant la télévision, on ne favorise pas le positionnement optimal de la colonne selon ses trois courbes et le traitement s’avère automatiquement moins efficace. On doit rester actif, prendre des pauses pour marcher et se dégourdir aux 45 minutes environ. On peut en profiter pour faire ses exercices, pour s’étirer ou simplement pour faire une autre activité qui exige un changement de position avant le retour à la position assise.

Être à l’écoute de son corps

Le processus de guérison des ligaments est différent de celui des tendons ou des muscles. Une personne guérit plus rapidement selon son âge, son sexe, son niveau d’activité physique, etc. Tous ces facteurs permettent à vos chiropraticiennes d’établir un plan de traitement individualisé qui est adapté à chaque condition et à chaque patient.

Du côté du patient, il est important d’être à l’écoute de son corps afin de favoriser au maximum la guérison. Parfois, il faut prendre le temps d’écouter la petite voix qui nous dit : « cette boite est lourde, je pourrais demander de l’aide pour la soulever » ou « j’ai eu mal la dernière fois que j’ai effectué cet exercice, je devrais attendre avant de le reproduire ».

Il est aussi primordial d’être à l’affût des changements ou des inconforts ressentis suite à l’ajustement. Il existe près de 250 techniques en chiropratique, si l’une d’entre elle ne vous convient pas, faites-le savoir à votre chiropraticienne et elle sera en mesure d’adapter les soins. Soyez à l’aise de discuter de vos difficultés à effectuer des exercices proposés, il sera possible de les redémontrer ou de les modifier selon vos capacités.

Parfois, il est préférable de prévenir un mal en ayant le réflexe de consulter dès qu’on ressent un inconfort, plutôt que d’attendre que le problème nuise davantage à notre quotidien.

Vous êtes le grand maître de votre corps, votre santé est entre vos mains. Comprenez ses limites, restez actif physiquement et soyez à l’affût des signes précurseurs.